dimanche, avril 14, 2024
spot_img
Actualités UkraineGUERRE EN UKRAINEDes agents des forces de l'ordre ont arrêté les dirigeants de la...

Des agents des forces de l’ordre ont arrêté les dirigeants de la chambre de torture qui fonctionnait pendant l’occupation de Kherson (photo)

Le Service de sécurité, en collaboration avec le Bureau d’enquête d’État, a dénoncé quatre autres traîtres et collaborateurs lors des mesures de stabilisation à Kherson libérée. Parmi les détenus se trouve l’ancien chef adjoint de la colonie pénitentiaire locale, qui a soutenu les envahisseurs russes pendant l’occupation temporaire de la ville. Cela a été rapporté par le service de presse du SBU.

Après la prise du pénitencier, il a volontairement coopéré avec l’agresseur et a accepté de rejoindre l’équipe de direction du “Département du service pénitentiaire de la région de Kherson” créé par les rashistes.

Alors qu’il était au “poste”, il a organisé la détention illégale d’Ukrainiens kidnappés dans des cellules de prison russes.

Les victimes ont été soumises à des pressions psychologiques, à la torture et à des menaces de mort dans les prisons. De cette manière, les envahisseurs ont tenté de remplir les instructions du Kremlin de réprimer le mouvement de résistance dans la région.

Un autre collaborateur s’est avéré être le chef du “département de soutien communal et domestique, quartier-maître et économique” de l’ancienne prison russe.

L’intrus était responsable de la sécurité alimentaire de l’administration de l’occupant.

Un autre traître – il travaillait au centre de détention provisoire de Kherson, mais après le 24 février de l’année dernière, il a accepté l’offre des occupants de rejoindre le “département de sécurité de la colonie”. Là, avec un autre collaborateur démasqué, il a participé à des raids punitifs contre les résidents locaux qui ont résisté aux envahisseurs.

Jusqu’à présent, les quatre personnes impliquées ont été informées de soupçons en vertu de deux articles du Code pénal ukrainien :

  • Partie 2 de l’art. 111 (trahison commise sous la loi martiale) ;
  • Partie 7 de l’art. 111-1 (activité collaborative).

Trois des auteurs ont déjà été placés en garde à vue. Des enquêtes sont en cours pour traduire en justice tous les responsables de crimes contre l’Ukraine.

Rappelons qu’à Odessa, le SBU a arrêté l’assistant d’un député de Crimée sous sanctions.

spot_imgspot_img
spot_imgspot_img
ARTICLES CONNEXES

Plus populaire

- Annonce -spot_img