mercredi, février 21, 2024
spot_img
Actualités UkraineGUERRE EN UKRAINEPourquoi les occupants gardent-ils "Caliber" ? Des prévisions inquiétantes

Pourquoi les occupants gardent-ils “Caliber” ? Des prévisions inquiétantes

Pourquoi la Fédération de Russie n’utilise-t-elle plus que “Shahedy” et, dans une moindre mesure, “Caliber” pour frapper l’Ukraine ? Nous pouvons trouver une réponse possible à cette question si nous examinons attentivement cette image.

Pourquoi les occupants gardent-ils

Ici, nous pouvons voir que trois corvettes de missiles Karakurt du projet 22800 sont à différents stades de préparation sur le territoire du chantier naval Zaliv à Kertch temporairement occupé, chacune devant embarquer 8 missiles Kalibr.

Le premier d’entre eux, “Zyklon”, a déjà été officiellement introduit dans la composition de la flotte de la mer Noire de la Fédération de Russie, le second est toujours en cours de test et le troisième est toujours en construction.

D’ici la fin de 2023, les Russes auront au moins +2 porte-missiles Kalibr, peut-être même +3 navires de cette classe.

Ce sont ces corvettes, selon le plan de l’ennemi, qui devraient devenir la base de la composition du soi-disant “Azov Naval District”, qui devrait être basé dans le Marioupol temporairement occupé. Oui, on dirait littéralement que les orcs veulent nous frapper avec des calibres des eaux de la mer d’Azov, près de la côte de Berdyansk et Marioupol.

À certains égards, il semble paradoxal que pendant une guerre d’une telle ampleur, la Russie avec sa pensée de type « continentale » continue d’investir dans sa marine, en particulier dans le segment utilisé pour la terreur par missiles contre l’Ukraine.

Surtout si l’on tient compte du fait qu’après le naufrage du croiseur “Moskva”, certains Russes ont généralement estimé que toute leur marine devait également être mise “sous le couteau” et que l’argent devait être libéré pour les forces terrestres.

Si nous continuons la composante “ressources” – désormais, les 2 frégates, 3 corvettes de missiles et 5 sous-marins de la formation de la flotte de la mer Noire de la Fédération de Russie peuvent tirer une salve totale allant jusqu’à 65 missiles Kalibr, l’introduction de 2-3 plus de corvettes du projet Karakurt dans la formation augmentent ce chiffre à 81 -89 missiles de ce type.

Mais malgré tout cela, le complexe militaro-industriel russe ne produit actuellement que jusqu’à 40 missiles de type KR Kalibr et jusqu’à 60 missiles à lancement aérien à longue portée de tous types par mois.

Il s’avère que la «défense» rashiste doit travailler pendant au moins 2 mois pour travailler sur une salve complète avec tous les porte-missiles de la flotte de la mer Noire de la Fédération de Russie. Et cela peut expliquer pourquoi les Russes tirent maintenant si peu de calibres en une seule vague d’attaques – parce qu’ils “conservent” tous les types de missiles pour quelque chose de plus massif.

D’un autre côté, il semble que le Kremlin ait pris une “décision de principe” selon laquelle la flotte devrait au moins démontrer d’une manière ou d’une autre son “utilité” dans la guerre contre l’Ukraine, et en même temps absorber le moins de ressources possible.

C’est pourquoi le moment peut effectivement arriver que même s’il y a moins de calibres que le KR pour les bombardiers stratégiques, les Russes produisent régulièrement et obstinément les navires eux-mêmes comme plates-formes pour de nouvelles attaques de missiles.

De plus, nous pouvons également retracer une telle “optimisation” – alors que la flotte de la mer Noire se prépare à recevoir de nouvelles corvettes lance-missiles, la flotte du Nord se prépare progressivement à se débarrasser de l’un des symboles de la puissance navale russe – le croiseur nucléaire Pierre le Grand, le un seul de sa classe en service Marine de la Fédération de Russie, et formellement le plus grand navire de guerre dans les rangs de la flotte russe.

Un tel navire est tout simplement coûteux à entretenir, dépassé moralement et physiquement, il “va donc naturellement sur les aiguilles”.

En plus de tout le reste, il convient de garder à l’esprit que des «pierres du ciel» ou du «coton» peuvent tomber sur les occupants de la région de Kertch non seulement par le «pont de Crimée», mais également par les installations sur le territoire de l’usine “Zaliv”.

spot_imgspot_img
spot_imgspot_img
ARTICLES CONNEXES

Plus populaire

- Annonce -spot_img