mercredi, février 21, 2024
spot_img
Actualités UkraineGUERRE EN UKRAINEThe Guardian a parlé des forces spéciales combattant le régime de Poutine...

The Guardian a parlé des forces spéciales combattant le régime de Poutine en Russie

Le groupe de volontaires des forces spéciales ukrainiennes “Fraternité” combat le régime de Poutine dans les profondeurs de la Russie. La publication britannique The Guardian en parle.

Les journalistes affirment avoir parlé avec trois forces spéciales ukrainiennes – Taras, 23 ans, Vladyslav, 21 ans, et leur commandant, Oleksiy, 39 ans.

L’armée est informée que dans le pire des cas, le gouvernement ukrainien niera toute information à leur sujet.

Selon The Guardian, leur travail “allait de l’enlèvement de hauts responsables du Kremlin à la destruction d’infrastructures militaires clés et à l’abattage d’avions ennemis sur le territoire russe”.

L’un des combattants, Vladyslav, rapporte qu’ils en parlent publiquement pour que Poutine et les occupants sachent qu’il est “très facile pour les combattants ukrainiens de traverser la frontière russe”.

Les forces spéciales ukrainiennes opèrent en Russie
Les forces spéciales ukrainiennes opèrent en Russie
photo : theguardian.com

La Confrérie insiste sur le fait qu’il est vital pour le haut commandement russe de ressentir le feu de la bataille sur son propre sol.

Les médias de masse écrivent que les volontaires de la “Fraternité” ont un statut spécial, “techniquement indépendants de l’armée ukrainienne, mais ils agissent aux côtés des forces officielles”.

Les journalistes ont rencontré les combattants autour d’un café dans le parc Taras Shevchenko de Kyiv. Là, en jeans et pulls, ils ont parlé de leurs aventures, faisant une pause dans l’entraînement, la planification et les missions.

Le Guardian ajoute qu'”en raison de leur statut non officiel, leurs histoires n’ont pas pu être vérifiées de manière indépendante, mais elles sont convaincantes et crédibles, et extraordinaires dans leur courage”.

Taras dit qu’il est revenu il y a deux semaines après ce qu’il dit être une simple opération : “Notre groupe avait besoin d’apporter une certaine quantité d’explosifs sur le territoire russe et de les laisser à un certain endroit.”

Mais il y a six semaines, selon lui, il a achevé l’opération la plus réussie : “Nous avions pour tâche de détruire un hélicoptère russe qui transportait des hauts fonctionnaires du ministère russe de l’Intérieur”.

L’opération n’a pas été effectuée pour la première fois, mais un jour, un hélicoptère a été abattu depuis un système de défense aérienne portable à une distance de 4 km. Les combattants étaient convaincus que l’hélicoptère avait explosé.

Indépendamment du fait que les responsables du Kremlin soient morts dans l’hélicoptère, pour Taras, ce fut une mission réussie qui a atteint l’objectif principal.

La dernière opération en Russie, à laquelle Vladyslav a participé, a eu lieu “il y a un mois dans la région de la ville de Belgorod, où plusieurs dépôts de munitions ont explosé ces derniers mois”.

Les militaires soulignent que leur travail est extrêmement dangereux, mais ils se préparent très soigneusement et sont conscients de leur importance.

Les combattants ont également parlé aux journalistes de leurs camarades décédés, notant que même les meilleurs professionnels peuvent mourir pour de telles tâches.

On se souviendra que le mouvement partisan “Atesh”, opérant dans la Crimée temporairement occupée, a éliminé deux occupants russes.

De plus, à Marioupol, temporairement occupé par l’armée russe, des résistants ont fait exploser une voiture Renault avec des soldats russes.

spot_imgspot_img
spot_imgspot_img
ARTICLES CONNEXES

Plus populaire

- Annonce -spot_img