dimanche, avril 14, 2024
spot_img
Actualités UkraineMONDEAprès le mandat d'arrêt de Poutine, la Russie veut punir sa coopération...

Après le mandat d’arrêt de Poutine, la Russie veut punir sa coopération avec le tribunal de La Haye

Le chef de la Douma d’État russe, Vyacheslav Volodin, a proposé d’introduire des amendements à la législation, qui prévoient des sanctions pour coopération avec la Cour pénale internationale (CPI), qui a émis il y a une semaine un mandat d’arrêt contre le président de la Fédération de Russie , Vladimir Poutine, pour la déportation des enfants ukrainiens.

“D’abord. Il est nécessaire d’élaborer des modifications de la législation interdisant toute activité de l’ISS sur le territoire de notre pays, ainsi que de prévoir la responsabilité de faciliter et de soutenir l’ISS, a écrit Volodine dans sa chaîne Telegram. – Deuxième. Il est important d’organiser des travaux sur la conclusion d’accords bilatéraux avec des pays amis, qui prévoient un refus mutuel de coopération et d’assistance de l’ISS.”

Comme vous le savez, la Russie ne reconnaît pas la juridiction de la CPI. Les politiciens russes ont réagi avec colère au mandat d’arrêt de la CPI contre Poutine, et le vice-président du Conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev, a même menacé de lancer une attaque au missile sur La Haye, où se trouve le tribunal.

Volodine a rappelé qu’en 2002, les États-Unis avaient adopté une loi sur la protection du personnel militaire, “selon laquelle aucun citoyen ou allié américain ne peut être arrêté ou détenu sur mandat de la Cour pénale internationale” et qui, selon lui, était officieusement appelée “la loi sur l’invasion de La Haye”.

“Le commandant en chef de la Fédération de Russie devrait avoir le droit de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger nos citoyens au cas où les structures internationales prendraient des décisions contraires aux normes de la Constitution russe”, a déclaré Volodine.

Comme l’a signalé, le 17 mars, la Cour pénale internationale a émis un mandat d’arrêt contre le dictateur russe Vladimir Poutine et Maria Lvova-Belova, le commissaire du président russe pour les enfants. La déclaration du tribunal indique que ce dernier est lié à “l’enlèvement illégal d’enfants” d’Ukraine. Dans le même temps, le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié de fausses les accusations d’éloignement forcé de mineurs du territoire ukrainien.

spot_imgspot_img
spot_imgspot_img
ARTICLES CONNEXES

Plus populaire

- Annonce -spot_img