samedi, avril 13, 2024
spot_img
Actualités UkraineMONDELe New York Times a raconté comment les Russes de Dubaï échappent...

Le New York Times a raconté comment les Russes de Dubaï échappent aux sanctions et à la mobilisation

Le New York Times publie un reportage de ses correspondants des Émirats arabes unis, où les riches Russes préfèrent actuellement vivre, qui tentent à la fois d’éviter les sanctions occidentales et la mobilisation pour l’armée russe, qui mène une guerre contre l’Ukraine.

Comme l’écrivent les auteurs de la publication, les Russes de Dubaï ne ressentent pas le mécontentement des résidents locaux envers leur patrie et ils n’ont pas à observer les actions de masse en faveur de l’Ukraine, qui se déroulent constamment en Europe et aux États-Unis. “Quiconque à Dubaï pourrait avoir des sentiments anti-russes les gardera très probablement pour lui. En tout cas, la monarchie autoritaire des Emirats interdit en fait les manifestations et la liberté de réunion est sévèrement limitée”, écrit le journal.

Selon les observations des journalistes, la langue russe est de plus en plus entendue à Dubaï. Les oligarques se reposent dans des stations balnéaires exclusives locales, les restaurateurs de Moscou et de Saint-Pétersbourg ouvrent leurs établissements ici à l’avance, et de nombreux entrepreneurs russes mènent leurs affaires depuis ce pays, craignant la mobilisation.

La publication énumère les principales raisons de cet afflux : les Émirats arabes unis restent un endroit fiable pour investir, adoptent une position neutre sur l’invasion russe de l’Ukraine et maintiennent des vols directs depuis la Russie, contrairement à la plupart des autres pays du monde.

“Pour nous tous, c’est une île de sécurité pendant un certain temps”, a déclaré l’agent immobilier russe Anatoly Kamensky aux journalistes du New York Times. Il affirme qu’au cours de l’année écoulée, sa société a vendu une propriété à Dubaï pour 300 millions de dollars et que la grande majorité de ces achats ont été effectués par des Russes.

Les journalistes décrivent ainsi l’ambiance qui règne à Dubaï : “Dans l’un des quartiers de l’île artificielle de Palm Jumeirah, restaurants et discothèques russes faisaient la queue, dont l’un était plein à craquer ce mercredi. Les invités ont commandé du champagne “Dim Pérignon” pour 1,2 mille dollars la bouteille, et des serveurs dansants l’ont apporté avec des cierges allumés.” “Lorsque l’un des invités, qui s’était saoulé, s’est mis à crier “Gloire à l’Ukraine !”, les “videurs” l’ont fait sortir très rapidement”, poursuivent les auteurs de la publication.

“On a le sentiment qu’ils se sont enfoncé la tête dans le sable”, commente le producteur créatif ukrainien Dmytro Kotelenets, qui a déménagé à Dubaï avec sa famille. – Soit ils ne veulent pas remarquer ce qui se passe entre la Russie et l’Ukraine, soit ils pensent que rien n’a changé.”

Le New York Times cite des statistiques officielles, selon lesquelles les Russes ont effectué 1,2 million de voyages à Dubaï en 2022 – contre 1 million en 2019, c’est-à-dire avant la pandémie de coronavirus. Dans le même temps, selon la société de courtage Betterhomes, les citoyens russes constituaient l’année dernière le plus grand groupe d’acheteurs de biens immobiliers à Dubaï parmi les non-résidents.

Comme indiqué, un nouveau recrutement de contractuels pour l’armée commencera en Russie le 1er avril. À cette fin, le ministère de la Défense de la Fédération de Russie a envoyé des ordres aux régions indiquant le nombre de personnes avec lesquelles les documents pertinents doivent être signés. Selon les plans du ministère de la Défense de la Fédération de Russie, 400 000 soldats contractuels doivent être ajoutés à l’armée.

spot_imgspot_img
spot_imgspot_img
ARTICLES CONNEXES

Plus populaire

- Annonce -spot_img